DRAA KEBILA - CULTURE et SPORT

DRAA KEBILA - CULTURE et SPORT

Draa Kébila en ce mois de Ramadhan

 

Les citoyens de Draa Kébila, commune de la Daira Hammam Guergour, Wilaya de Sétif, ont commencé à jeûner (le Ramadhan) le premier Août 2011 en s'y préparant psychologiquement et matériellement.

 

En effet, chaque année, quelques jours à l'avance, le Ramadhan et la façon de s'y préparer font l'objet de discussions entre les citoyens de la localité. Les vieux racontent comment ils ont vécu le Ramadhan au fil des années écoulées. Les moins jeunes relatent leur expérience notamment lorsqu'ils ont commencé à jeûner pour la première fois. Les jeunes arrivés à maturité, s'intéressent davantage afin d'y être au rendez-vous sans inconvénient majeur.  

 

Le Ramadhan de cette année ne fait pas exception. Chacun à sa manière, tous les citoyens se sont préparés et ont attendu avec impatience l'annonce de la date de démarrage du jeûne. Dès qu'ils ont appris que le premier jour du Ramadhan sera le lundi premier Août, tous les adultes ont pris leurs dispositions pour changer leurs habitudes et le rythme de vie à partir de cet instant là.

 

D'abord à l'intérieur des foyers, les femmes mettent en œuvre leur plan d'action arrêté pour la période du Ramadhan ; à commencer par la préparation du Shour (ce que les jeûneurs mangeront avant el-Imsak et la prière du Fedjer). Elles se rendent visites les unes les autres et veillent en se racontant des histoires et en suivant des feuilletons proposées par les chaines de télévision algérienne et étrangères, spécifiques au mois de Ramadhan.

 

De leur côté, les hommes font les achats ; la majorité d'entre eux travaillent la nuit pour se reposer durant la journée ; c'est le cas des ouvriers des ateliers de confection, de menuiserie, de mécanique auto, etc. Les autres, passent leur temps dans les cafés, les magasins, sur les trottoirs jusqu'au matin.

 

Les jeunes enfants veillent aussi et prennent beaucoup de joie à vivre ces moments  exceptionnels pour eux. Ils se mettent à consommer glaces, friandises, gâteaux orientaux, limonades, etc. Ils jouent dans les rues jusqu'à minuit, parfois bien au de-là.

 

Au second jour du Ramadhan, les fidèles remplissent les mosquées au moment des prières de la journée et surtout pour celles d'El Aicha et Tarawih. Même les citoyens qui n'ont pas l'habitude de pratiquer la prière ou qui prient chez eux s'y rendent à la mosquée et suivent les prédictions de l'Imam et s'acquittent des prières quotidiennes et de celles des Tarawih. A la sortie de la mosquée, les fidèles échangent des discussions avant de se disperser et de vaquer à leurs occupations.

 

Les magasins et cafés ne désemplissent pas non plus. Ils restent ouverts jusqu'à une heure tardive du matin. Mais au levé du jour, en dehors des magasins d'alimentation générale qui ouvrent leurs portes à partir de neuf heures du matin, les  ruelles sont quasi vides.

 

Mais, l'après midi, les ruelles se peuplent et reprennent vie de nouveau.

 

Durant ce mois, nous avons assisté à plusieurs activités culturelles et religieuses, telles que la célébration de la nuit du destin qui a donné lieux à la remise de prix aux lauréats des différents concours organisés notamment par les associations des mosquées et leurs imams.

 

 

 

Enfin, à l'approche de la fête de l'Aid El Fitr, les parents sont aussi préoccupés par l'achat de vêtements neufs pour les enfants surtout et les produits nécessaires à la production de gâteaux pour la circonstance. Certaines localités ont même prévu l'organisation de "Louziaa" pour faire revivre les anciennes traditions ; c'est le cas à Lemroudj.

 

 

 Auteur : Rachid Sebbah



07/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres